Venez jouer le rôle d'un médecin, d'un infirmier, d'un ambulancier ou encore même d'un patient ou un membres de leurs familles dans ce grand hôpital de Belgique.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 19:01

Sybille allait bien se matin , elle avait envie de marcher aujourd'hui comme elle ne pouvait pas sortir a cause de la tempête de neige qu'il y avait dehors. Elle avait demander au médecin si elle pouvait se promener dans l'hôpital et il avait accepter. Donc elle marchait dans les couloirs ou il y avait les bureau de consultation . Elle venait voir son médecin parfois ici , mais aujourd'hui elle n'avait pas rendez-vous .

Elle avait son Ipod dans les oreilles. Elle écoutait ses chansons préférer qui était bien sur les chansons de ses mamans. Elles lui manquaient beaucoup , elles venaient la voir souvent , mais elle avait envie de les voir plus souvent. Elle marchait en pensant a ses mamans et elle souriait au gens qu'elle rencontre.Elle avait envie de ne pas retourner tout de suite a l'étage . Donc elle marchait sans vraiment savoir ou elle allait et elle se retrouva dans un couloir ou elle ne savait plus ou cela allait déboucher.

Elle arrêta son Ipod quand elle tomba sur le Commissaire Plourde . Elle avait vue cette femme quand elle avait déclarer a la police que c'était a cause d'une seringue souiller qu'elle avait dans un parc qu'elle souffrait maintenant d'une Hépatite . Elle rangea dans la poche de sa veste son Ipod et elle s'assoit près d'elle en disant .

« Commissaire »

Elle voyait que la jeune femme n'était pas du tout bien.


Dernière édition par Sybille Héléna Dion le Dim 6 Jan - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lilianne Plourde

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 20:28

Cela faisait plusieurs jours qu'Emilie sentait une grosseur au niveau de son sein. Ce n'était pas normal elle le savait. Elle attendit que l'enquête soit terminé pour aller consulter. Enfin prendre un rendez-vous chez le médecin. Son nouveau médecin traitant lui dit d'aller voir tel spécialiste car c'était le meilleur.

Elle avait un rendez-vous à 13h45, elle se leva à 8h, elle avait prit sa journée. Son mari était déjà partit au boulot. Il ne voulait pas venir avec elle. Et il ne voulait pas qu'elle l'appelle par téléphone avant le rendez-vous. Elle mangea peu ce jour là, trop stressée de savoir ce qui allait se passer après.

Elle passa une mamographie, et plusieurs tests. Et bien sur les résultats arrivèrent rapidement. Elle était atteinte d'un cancer du sein, son monde s'éffondrait, elle discuta longuement avec le médecin... Puis elle le quitta, dès qu'elle fut dans le couloir elle pleura. Son monde s'éffondrait. Puis elle décida tout de même d'appeler Nicolas son mari depuis 10 ans. Au bout de 3 sonneries, il décrocha. A son ton il comprit qu'il se passait quelque chose. Elle lui expliqua qu'elle avait un cancer du sein. Contre tout attente, il lui dit qu'il la quittait et demandait le divorce, ne voulant pas vivre avec une femme qui avait le cancer. Mais ça se guérissait lui avait elle répondu, mais rien à faire il avait déjà raccrocher. Elle pleurait dans le couloir, elle pleurait toujours.

Elle s'asseya sur une chaise, elle pleurait encore et ne remarqua pas qu'une jeune femme se balladait dans le couloir, et que c'était la personne qu'elle avait rencontrée suite à une piqure avec une seringue souillée dans un parc. Quand elle entendit les pas se rapprocher, elle essuya ses larmes et se calma. Surtout que la jeune femme s'assois près d'elle. Elle l'appela "commissaire", elle pouvait l'appeler autrement ici. Elle lui répondit mais sa voix trahissait son émotion :

"Emilie... s'il vous plait... Mademoiselle Dion ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 21:01

« Alors appeler moi Sybile alors.»

Elle regardait la femme qui se trouvait devant elle , elle savait que même si elle avait camouflé ses larmes quelque chose n'aillait pas. Elle regardait cette femme et elle n'avait jamais été commença avec quelqu'un .

Elle repoussa une mèche de cheveux que la commissaire avait dans le visage. Elle regarda Émilie et elle fini par lui dire.

« Je sai que vous ne voudrai surement pas en parler , mais je vois que vous n'allez pas bien et je veux que vous sachiez que je suis la pour vous écouter si jamais vous avez besoin.»

Dit-elle en mettant doucement sa main sur celle de la commissaire. Elle ne savait pas si cette femme allait accepter qu'elle la touche , mais elle voulait qu'Émilie sache qu'elle était la et qu'elle pouvait comprendre se qui se passait. Elle était malade et elle se doutait que la jeune femme n'était pas venue pour rien . On venait a l’hôpital parce qu'on était en santé . Mais elle ne brusquerait pas si elle a besoin de parler elle sera simplement la en silence prête a l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lilianne Plourde

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 21:37

La jeune femme venait de s'assoir à coté d'elle. Émilie pleurait, même si elle essayait de ne pas le faire. Mais elle était dans une situation qui la déboussolait au plus haut point. Elle écouta la jeune femme lui dire qu'elle pouvait l'appeler Sybile. Ben oui ici on était pas au commissariat, elle n'était rien ici. Donc elle lui permettait de l'appeler par son prénom. Elle ne dit rien pendant un certain temps, mais elle lui fit un signe de tête qui lui montrait qu'elle avait comprit.

Elle sentait que la jeune femme la regardait et qu'elle appuyait son regard longtemps, mais elle ne disait rien, elle se faisait une idée. Mais les doutes apparurent quand elle lui remit une mèche de cheveux qu'elle avait dans le visage. Personne ne l'avait fait avant, elle ne l'aurait jamais permit, mais là elle ne dit encore rien. Elle était bien trop mal. Elle la regarda encore et lui adressa la parole, elle la regarda silencieusement en l'écoutant. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle ne comprenait pas... C'est donc d'un trait qu'elle décida à lui dire malgré qu'elle ne connaissait pas la personne à qui elle parlait :


"Merci Sybile. En gros je viens d'apprendre que j'ai un cancer... Et mon mari enfin mon ex mari, me quitte et demande le divorce après 10 ans.

Dit elle en pleurant, elle cacha sa tête dans ses mains, elle sentit alors sa main sur son dos. Elle voulait se bouger, c'est ce qu'elle fit un peu, mais très vite, elle se remit comme il faut, laissant la jeune femme la toucher. Au moins elle avait quelqu'un qui l'écoutait, quelqu'un d'autre que le médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 21:59

Elle regarda la jeune femme puis elle ne savait pas du tout comment réagir en face de la jeune femme. Elle a du mal a ne pas la prendre dans ses bras pour la consoler , elle ne savait pas du tout comment allait réagir Émilie. Elle regarda Émilie sans rien dire. Comment pouvait-elle faire pour ne pas se montré trop proche de la jeune femme qu'elle connaissait a peine...

Pourquoi était -elle comme sa avec elle. Elle n'avait jamais été comme sa , mais elle voyait souvent sa maman Lara agir un peu comme sa avec son autre maman Céline. Elle les appelait souvent Maman L et Maman C comme sa elles savaient a qui elle parlait. Justement la commissaire avait eu du mal un peu au départ a savoir de qui elle parlait quand elle disait maman L ou maman C , c'est un peu compliquer parfois quand ont n'est pas familier a ce genre de chose.

Sybille déposa sa main sur l'épaule de la jeune femme . Et elle l'écouta parler , la jeune femme venait d'apprendre qu'elle avait le cancer et son mari demandait le divorce surement a cause de sa maladie. Elle se leva et se plaça devant la jeune femme a genou devant elle . Elle déposa sa main gauche sur les genou de la jeune femme et elle prit le menton d'Émilie dans sa main droite et elle releva le menton de la jeune femme et elle lui dit.

« Émilie je suis vraiment désoler pour vous , mais je suis sur que vous allez vaincre ce cancer . Je suis prête a vous épaule durant cette épreuve. Et pour votre mari je ne sai vraiment pas quoi dire . »

Elle regarda Émilie et elle ne savait pas du tout quoi dire. Dans sa tête une petite voix lui disait houra tu as ta chance avec elle . Mais elle avait été marier pendant 10 ans donc les femmes , surtout de l'âge de Sybille c'était surement pas son genre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lilianne Plourde

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Dim 6 Jan - 22:29

Elle regardait la jeune femme et Émilie voyait bien qu'elle ne savait pas comment réagir face à ça. Elle n'aimait pas être prise dans les bras, sauf par son mari. Mais voilà son mari était partit à cause de son cancer du sein. Elle priait donc pour que la jeune femme ne la prenne pas dans ces bras, maintenant elle ne dirait rien si elle le ferait. Elle ne ferait pas scandale.

Elle était hétérosexuelle et sa famille l'était, c'était la première fois qu'elle avait affaire à une homosexuelle devant elle, mais ça ne la choquait pas plus que ça. Si elles étaient heureuses c'était le principal. Elle ne les jugeait pas. Mais bon ce qui était compliqué c'est quand elle parlait de sa maman. Est ce qu'elle parlait de sa maman biologique ou l'autre ? Elle savait qui était ces parents vu qu'elles étaient chanteuses, donc quand elle parlait de maman C c'était pour Céline, et quand elle parlait de maman L c'était pour Lara. Mais bon au départ elle avait eu quand même du mal.

Sybille déposa sa main sur l'épaule d’Émilie, elle l'écoutait, ça faisait du bien à Émilie de se sentir écouter dans ce moment si difficile. Car oui elle perdait son mari, son chez elle car c'était sa maison donc elle devrait aller dans un appartement puis le travail, car elle ne pourra pas travailler en faisant le traitement et après l'opération. Elle avait relevé la tête quand Sybille s'était levée pourquoi partait-elle ? Qu'avait-elle dit ? Elle pleura à nouveau, on l'abandonnait encore ? Mais qu'elle ne fut pas son soulagement quand elle se mit devant elle à genoux pour lui prendre le menton et la faire regarder dans sa direction pour qu'elle écoute attentivement. Cette fois-ci ce n'était plus la jeune femme qui l'écoutait, mais bien elle. Elle était désolée, mais elle était sur qu'elle allait vaincre le cancer. Elle était même prête à l'épauler pendant l'épreuve, mais elle ne la connaissait même pas. Elle la regarda et lui fit un mini sourire, mais elle haussa les épaules quand elle discuta de son ex mari. Elle finit par lui dire gentiment :


"Ce n'est pas grave Sybille. Je ne sais pas si je vais vaincre ce cancer, je... je n'ai pas envie de me battre, je sais que j'ai un traitement, mais après c'est l'opération et on m'enlèvera un bout du sein, je n'ai pas envie de vivre avec ça. Je crois que je vais refuser tout ça, et m'en aller doucement. Je n'ai plus personne à qui m'accrocher maintenant vu que la seule personne ne me veut plus à cause de ce cancer. Puis vous devez vous reposer, vous êtes pas bien non plus... Je ne veux pas que vous ayez d'autres problèmes par ma faute. Pensez à vous... Ne vous inquiétez pas pour moi, et ne vous occupez pas de moi. Vous êtes plus importante"

Elle la regarda, elle ne savait plus quoi dire. Elle ignorait ce qu'elle pensait, et elle était loin d'imaginer que la jeune femme avait un peu flashé sur elle et qu'elle pensait qu'à ce mettre avec elle. Pour le moment, Émilie ne voyait que de la pitié, pas de l'amour, mais c'était à cause de la nouvelle, elle était encore sous le choc des nouvelles.

Sous le choc et sans motivation de ce battre, ben oui pourquoi continuer ? Quand on a plus ses parents, que son mari lui tourne le dos et l'abandonne... Ce n'est plus une vie. Que son travail ne voudra plus d'elle... Bref elle était défaitiste. Mais ça allait passer et tout ça grâce à la jeune femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Lun 7 Jan - 3:31

La jeune femme ne savait pas du tout comment donner le coup de pouce a cette femme pour qu'elle se batte. Elle n'arrivait pas a faire autrement. Elle devrait peut-être lui avouer qu'elle ressent quelque chose pour elle. Non elle devait garder cela pour elle. Elle regarda la jeune femme et elle commence simplement a récité un poème qui lui venait spontanément en tête.


«Cet homme qui t'a lâchement abandonné
Ne mérite pas que tu t'accroches à lui.
Il t'a fait mal, il t'a déçue, brûlée.
Pourquoi veux tu mettre fin à ta vie ?

Votre amour semblait si fort...
Pourquoi tout s'est fini entre vous ?
Dis-toi qu'il a tort.
Qu'est ce qu'il l'a rendu fou ?

Le désir de conquérir d'autres femmes ?
S'est-il lassé de toi, ma belle amie ?
Aime-t-il s'emparer des autres âmes?
Il était ta raison de vie...

Il t'a laissée, j'en suis désolée.
Tu sombres dans le désespoir...
Essaie de voir les bons côtés
Même si pour le moment, tu vois noir...

Courage ma belle amie.»

Spoiler:
 

Elle ne savait pas du tout comment aller réagir la dame devant elle , mais elle avait seulement ses mots la pour lui dire courage et il ne faut pas que tu te laisse abattre. Il y a tellement mieux dans la vie , tu peux trouver quelqu'un de mieux tu es belle et tu es tout se que peux chercher un homme qui te méritera beaucoup plus et qu'il t'acceptera comme tu es . Elle regarda la jeune femme et elle restait accroupie devant elle. Elle ne savait pas quoi faire pour le moment. Elle ne voulait pas que la jeune femme refuse de se battre. Spontanément en regardant la jeune femme une chanson qu'elle écoutait tout a l'heure lui viens en tête. Elle revoyait les images du clip et elle avait aussi les paroles de la
chanson , mais c'était beaucoup trop tôt pour que la commissaire
comprenne vraiment le sens de cette chanson.

Elle regarda Émilie et elle lui dit ...

« J'ai un ami qui ma donner se conseil il y a quelques semaines maintenant c'est a moi de te le dire .

La vie n'est pas un spectacle
Elle comporte plusieurs obstacles
Il faut savoir les surmonter
Au lieu de les contourner


Bien sûr, ils seront dissimulés
Mais quand viendra le temps
Ils reviendront te hanter
Encore pire qu'auparavant


Escalade-les
Rends-toi jusqu'au sommet
Sois fier de ce que tu fais
Et ne renonce jamais !»

Spoiler:
 

Elle laissa quelque temps a la commissaire pour qu'elle comprenne se que voulais dire se conseil et elle rajouta toujours en la regarda droit dans les yeux.

« J'étais dans le même état que vous il y a deux mois quand j'ai appris que j'avais une Hépatite. Je me suis remise en question et c'est en regardant mes mamans que j'ai trouver la raison de me battre . Et maintenant j'ai une nouvelle raison de me battre si vous vous battez avec moi. Nous serons la tout les deux quand vous vaincrer se cancer je suis sur que vous aller réussir a le mettre K.O.»

Elle se replaça un peu , elle avait mal au genoux assit comme sa . Donc elle regarda l'heure elle savait que l'heure de son traitement arrivait bientôt. Mais elle avait encore du temps pour être avec elle.Elle regarda la Commissaire et elle fini par dire ....

« Sa vous dit de prendre un café , on pourrait aller en chercher a la cafétéria et on pourrait aller les boires dans ma chambre on sera mieux pour parler vous ne croyer pas ?»

Elle se demandait si elle avait bien fait de demander a la jeune femme si elle voulait prendre un café a sa chambre . Cela allait surement la faire fuir, mais il était trop tard elle l'avait dit. Elle attendait maintenant qu'Émilie lui dise quelque chose. Les quelques secondes de silence qui montrait qu'elle réfléchissait parut comme une éternité pour la jeune femme. Elle avait tellement peur .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lilianne Plourde

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Mar 8 Jan - 23:19

Quand elle se confia à elle, l'émotion la regagna à nouveau, elle recommença à pleurer plus fort. Elle mit ses mains sur son visage et pleura, elle s'en fichait qu'on pouvait l'entendre dans les couloirs, d'un coté, les infirmières, le personnel soignants avaient l'habitude de voir des personnes pleurer à cause d'une annonce malheureuse. Et encore plus dans ce service... Elle oubliait le monde qui l'entourait et finalement c'était mieux ainsi. Ce n'était jamais bon de ne pas faire sortir ses émotions.

Même si Émilie n'avait pas pleurer au départ. Quand elle avait reçu le diagnostic, elle avait été sous le choc. Mais sans plus. Mais l'histoire avec le divorce l’anéantissait plus que tout. Avec son mari, elle se serait battue comme elle avait l'habitude de le faire, mais là elle n'avait plus gout à rien. Elle ne voulait plus se battre, elle voulait mourir et rejoindre ses parents.

La jeune femme était encore présente au près d'elle, Émilie ne comprenait pas pourquoi elle restait là en face d'elle et qu'elle ne faisait pas comme son mari : s'enfuir. Mais elle remerciait au plus profond d'elle, la jeune femme. Elle avait finalement besoin de quelqu'un, c'était aussi quelque chose que le médecin lui avait dit. La jeune femme la regarda encore, elle sentait son interlocutrice et elle l'entendit réciter quelque chose. Emi l'écouta attentivement la regardant en pleurant et en tremblant. Ce que lui disait la jeune femme la touchait.

Finalement Sybille avait raison, il l'avait abandonné lâchement mais il ne méritait plus qu'elle s'accroche à lui, il lui avait fait du mal ce n'était pas à elle d'en finir. Pourquoi tout s'est finit ? Elle le savait c'était à cause de ce fichu cancer. Et qu'il doit avoir tord mais voilà c'était bien plus facile à dire qu'à faire. Le prochain paragraphe la fit sursauté pourquoi était elle désolée pour elle alors qu'elle ne la connaissait pas, elle sombrait dans le désespoir et elle en avait conscience mais qu'il fallait voir les bons côtés même si pour le moment elle n'y arrivait pas. Courage ma belle amie ? Pourquoi lui disait elle cela ? Finalement elle ne se connaissait qu'à peine.

Elle ne lâchait plus le regard de la personne, essayant de trouver des réponses à ses questions, ses doutes, ses peurs. Mais elle faisait tout mentalement ne voulant pas faire fuir la jeune femme... En quelques minutes, elle trouvait quelqu'un qui lui faisait oublier un peu le cancer, pas le divorce avec son mari, enfin son ex mais pas la maladie. Elle la regarda encore lorsqu'elle lui expliqua qu'un ami lui avait donné un conseil et que c'était maintenant à elle de lui donner et de lui dire. La commissaire remarqua le tutoiement mais elle ne répliqua rien, elle n'en avait pas le courage. A nouveau elle l'écouta :

La vie n'était pas facile, avec des obstacles à franchir et à surmonter au lieu de simplement les contourner et essayer de les oublier, ici ce n'était pas facile dans son cas. Même si elle essayait tant bien que mal de le faire. Elle oubliera peut-être certaines choses mais jamais ne l'oubliera totalement surtout aux dates fatidiques. Elle avait peut-être raison, elle devait se battre pour ses parents qui s'étaient battus pour elle. Elle ne pouvait pas laisser tomber. Elle réfléchit quelques instants, elle regarda quelques minutes la jeune femme puis son regard baissa... Elle pleurait encore à nouveau. les paroles de la jeune femme était comme un coup de fouet.

La jeune femme arrêta enfin de parler d’Émilie, pour lui parler un peu d'elle, elle s'était remise en question mais elle avait encore ces deux mamans. Choses qu’Émilie n'avait plus malheureusement depuis des années. Mais elle était confiante sur son état, qu'elle le vaincrait ce concert et pas toute seule, avec elle. C'était tellement plus facile à dire encore une fois qu'à faire. Elle lui dit au bout de quelques secondes :


"Vous avez encore vos parents, moi je ne les ai plus depuis plusieurs années et mon mari me laisse tomber quand j'ai le plus besoin de lui, je ne peux plus avoir cette force que vous avez. Puis franchement pourquoi vous faites ça pour moi ? On ne se connait pas ! C'est juste la deuxième fois qu'on se voit. Mais merci quand même de votre aide. Cela me touche."

Elle se replaça, Émilie ne savait pas quelle heure il était et elle s'en souciait guère. Émilie n'avait pas encore de traitement pour le moment ça ne commençait que la semaine prochaine quand elle aurait prévenu son chef de ce changement. Il n'allait pas être content, mais elle n'avait pas non plus demander à avoir ce cancer, puis de sa chambre elle travaillerait dans les dossier et les enquêtes, elle ne voulait pas arrêter. Elle avait besoin de ce boulot. Sybille la regarda et lui proposa de passer encore du temps avec elle. De prendre un café à la cafétéria et les boire dans sa chambre pour parler plus intiment et montrer plus facilement ses émotions. Elle haussa les épaules et finit par lui dire :

"Désolée je n'ai pas tellement envie de prendre un café... Mais plutôt un soda ou autre boisson pétillante. Parler dans votre chambre ?pourquoi pas, j'accepte. Mais vous n'avez rien à faire ? Vous n'avez pas de la famille qui doivent passer vous voir ?"

La proposition de la jeune femme avait surpris Émilie, mais elle avait bien fait de lui proposer d'aller dans un endroit plus personnel, plus calme. Ça allait faire beaucoup de bien à la jeune femme, elle se posait mille et une question. Elle sentait dans son ventre une sensation qu'elle n'avait jamais ressentit sauf chez son mari au début de leur relation. Mais là c'était une femme et elle n'était pas homosexuelle. Cela lui faisait bizarre. Mais elle ne dit rien. Elle se leva doucement, prit son sac, essuya ses yeux (même si on voyait bien qu'elle avait pleurer), elle prit un mouchoir et se moucha puis le jeta à la poubelle. Elles marchèrent en direction de la cafétéria. Émilie était silencieuse jusqu'au moment où Émilie rompit le silence, en regardant la jeune femme, elle lui dit droit dans les yeux et attendait une réponse sérieuse :

"Pourquoi vous faites ça pour moi ? Nous nous connaissons tellement si peu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Jeu 10 Jan - 5:35

« Je suis désoler si vous n'aimez pas ,mais c'est dans ma nature d'aidée les gens . Je n'aime pas voir les gens triste.»

Dit-elle avec le sourire. Elle était heureuse d'être avec la jeune femme présentement. Elle ne savait pas du tout quoi dire a la jeune femme. Elle n'aimait pas du tout la voir comme sa.Elle avait envie de lui raconté n'importe quoi pour que la jeune femme rit un peu.Elle était tellement triste pour la jeune femme.Elle regard Émilie droit dans les yeux et après l'avoir invité ,elle se leva et se dirigea vers la cafétéria avec sa nouvelle amie . Elle marchait en parlant. Elle restait près de la jeune femme pour lui faire savoir qu'elle était toujours la.

Elle avait envie tériblement de prendre doucement la main de celle qui se tenait près d'elle.Mais elle se le réseva.Elle nevoulait pas faire quelque chose qui ne plairait pas la jeune femme.Elle regarda Émilie puis elle lui dit.

«Prenez se qui vous tente.»

Dit-elle en voulant dire qu'elle lui pairait .Cela ne dérengait pas du tout de lui offrir se qu'elle avait envie de boire. Émilie avait rencontré une fois les mamans de la jeune femme,mais Sybille se demandait comment réagirait maman L qui est assez protectrice envers elle , s'il se passait autre chose que de l'amitié entre Émilie et elle.Sybille voulait tellement que la jeune femme l'aime.Elle se foutait de l'âge qu'elle avait.Puis la jeune femme lui dit «Pourquoi vous faites ça pour moi ? Nous nous connaissons tellement si peu...?»

« Je n'ai pas besoin de connaitre les gens par coeur pour les aidés , j'aime pas voir une jeune femme comme vous si triste.J'aime mieux quand vous avez un sourire accrocher a votre beau visage.»

Dit-elle a la jeune , elle venait totalement de démontré qu'elle ressentait quelque chose de plus que de l'amitié pour Émile.En lui disant votre beau visage. Mais elle ne voulait pas que cette relation passe tout de suite a une vitesse supérieur. Elle écrivait tellement de belle chose présentement en pensant a Émilie depuis qu'elle l'avait rencontré au commissaria enfaite elle avait eu le bégin pour elle lors de cette première rencontre.

Les deux jeunes femmes allèrent dans la chambre de Sybille.La jeune femme était seule.Elle regarda Émilie et elle lui dit...

« Voici ma chambre , je suis seule pour le moment , mais ya une autre place . Je vous la réserve si vous voulez ? »

Le personnelle médicale, lui donnait une chambre pour deux seule , car ils savaient que ses mamans n'aimeraient pas avoir toujours des fans autours d'elles quand elles venaient voir leur fille. D'ailleurs elles ne devraient plus tarder , elles devaient venir durant les heures de visite. Une fois dans la chambre Sybille sentait qu'elle avait la tête qui tournait. Donc elle se dépècha a aller s'assoir . Émilie avait surement remarquer sa démarche un peu chancelante.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lilianne Plourde

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Sam 9 Fév - 23:03

La jeune femme s'excusa de l'aider si elle n'aimait pas. Mais c'était dans sa nature d'aider les gens, elle n'aimait pas les voir triste. Pour Émilie ce n'était pas qu'elle n'aimait pas c'est juste qu'elle n'en avait pas l'habitude. Elle qui avait l'habitude de faire tout, toute seule sans aide... Elle s'empressa alors de dire à la jeune femme sur un ton tremblant :

"Ce n'est pas que je n'aime pas... C'est juste que je n'ai pas l'habitude qu'on reste près de moi à m'aider, me consoler, d'habitude je ne montre jamais mes sentiments, mes émotions. Cela me surprend un peu c'est tout. Et ne vous excusez pas, je ne vous en veux pas loin de là..."

Émilie tenta de se reprendre, elle le devait au moins pour la jeune femme. Pourquoi ? Elle n'en savait trop rien... Peut-être pour l'aider elle aussi à se battre face à sa maladie. Puis c'était Émilie qui s'occupait de son dossier, déjà malade elle ne pourrait plus s'en occuper pendant quelques jours mais alors si elle venait à mourir qui reprendrait le flambeau ? Elle qui ne faisait pas énormément confiance à ses collègues.

Elles étaient en route pour la cafétéria, Émilie réfléchissait à mille et une choses. La jeune femme restait à coté d'elle, surement pour lui faire comprendre qu'elle resterait toujours là à ses cotés, malgré ce qu'il doit arriver. Elle pensait, elle se demandait aussi ce qu'elle ferait si jamais la jeune femme viendrait à lui prendre sa main, elle la retirerait surement rapidement, par surprise, puis elle devra avoir une discussion avec elle. Mais heureusement elle ne le fit pas, ça rassura la commissaire.

Elles étaient maintenant à la cafétéria, Sybille lui dit qu'elle pouvait prendre ce qu'elle voulait. Elle comprit en gros que c'est elle qui lui offrirait ce verre, Émilie n'avait pas l'habitude encore une fois, mais elle accepta. Elle commanda un coca, elle ne voulait pas prendre de café, puis l'alcool était interdit ici, elle ne pourrait pas en avoir. Pourtant ce qu'elle aimerait c'est devenir soule pour oublier une soirée le cauchemar qu'elle vivait. Mais elle se doutait que la jeune femme ne voudrait pas d’Émilie dans cet état... Donc elle réfléchirait à deux fois avant de passer à l'acte

Émilie avait rencontré les parents de la jeune femme, enfin les deux mamans. Et elle savait qu'elles n'accepteraient pas que leur fille ait une relation plus qu'amicale avec elle à cause de son âge, car oui elle avait presque le même âge que Céline et Lara. Mais en amour l'âge n'a pas grande importance. Là de toute façon, il n'y avait pas grand chose entre elles, juste de l'amitié naissante, même si les deux femmes séparément ressentaient la même chose pour l'autre, mais n'osait l'avouer.

C'est alors que la plus âgée des deux brisa le silence, lui posant une question... Elle lui répondit qu'elle n'avait pas besoin de connaitre les gens par cœur pour les aider. Émilie sourit timidement, mais bien vite elle rougit lorsqu'elle entendit la suite de sa phrase, la jeune femme lui parlait de son beau visage. Émilie ne dit rien, elle était perdue... Que dire ? Que se passait-il ? Avait elle rêvé ? Elle ne dit rien, elle regarda un instant la jeune femme avant de continuer son chemin vers la chambre.

Son cerveau prenait l'information doucement, mais bien vite elle comprit qu'elle ressentait vraiment plus que de l'amitié envers elle. Mais non ce n'était pas possible. Elle avait le double de son âge, ces parents ne l'accepteront pas... Puis elle était hétéro et non pas homo, enfin Émilie devait digéré ce qu'il se passait... Elle devait réfléchir aussi...

Elles étaient maintenant dans la chambre, elle lui expliqua que c'était sa chambre, qu'elle était seule dans cette grande chambre et qu'il y avait une autre place mais qu'elle était vide, mais elle voulait bien la réservé. Devait elle le faire ? Au moins elle ne serait pas toute seule mais encore une fois Lara et Céline seraient-elles d'accord qu'elle soit là. Émilie prit enfin la parole :


"D'accord, écoutez je ne sais pas Sybille que dirait vos mamans si je venais ? Je ne sais pas si c'est une bonne idée, et pourtant d'un coté, ça me fera surement un bien fou car je ne serai pas toute seule, ou que peu de temps. Je dois y réfléchir, mais merci de votre proposition."

Emi regarda sa montre, c'était bientôt l'heure des visites, donc bientôt Lara et Céline seront là, et Émilie devra partir ce qu'elle n'avait pas envie. Elle ne voulait pas se retrouver seule dans son appartement. Seule elle ferait une connerie c'est sur... Elles étaient encore debout quand soudain elle vit Sybille marcher plus vite et s'assoir rapidement... Elle accourut près de la jeune femme pour l'aider. Puis elle lui demanda d'une voix paniquée :

"Sybille ? Ça ne va pas ? Voulez-vous que j'appelle une infirmière ? Un médecin ? Vous remettre dans votre lit ? Vous donnez un peu de coca, je n'y ai pas encore touché. Que puis-je faire pour vous aider ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybille Héléna Dion

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 31
Localisation : Dans ma chambre d'hôpital ou a la maison avec mes mamans lors de mes congé temporaire

MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   Lun 18 Fév - 14:45

Elle regarda Émilie elle avait tellement envie de l'embrasser . Elle regarda la jeune femme, elle ne savait pas du tout comment allait réagir la jeune femme si elle l'embrassait. Elle fini par sourire a la jeune femme. La jeune femme lui dit que ce n'était pas parce qu'elle n'aimait pas le fait qu'elle l'aide , mais c'est parce qu'elle avait pas l'habitude , car elle ne montrait pas ses émotions habituelle. Elle était vraiment heureuse que la jeune femme aille choisit de lui dire ses émotions . Elle était heureuse que la jeune femme lui dise ce qu'elle ressentait et ce qu'elle vivait. Elle voulait que la jeune femme se confit a elle comme elle le fesait . Elle était heureuse d'être comme un peu une confidente pour elle . Elle regarda la jeune femme et toutes les deux partir pour la cafétéria.


Elle se prit un jus de fruit et un café et elle paya se que la jeune femme prit et toutes les deux montèrent dans la chambre de Sybille qui commençait a se sentir moins bien. Elle regarda la jeune femme , elle avait l'air si vulnérable comme sa. Elle était vraiment heureuse d'être la pour la protéger. Elle ne voulait pas du tout que la jeune femme soit seule, car elle avait peur qu'elle fasse une connerie , même si elle ne la connaissait pas beaucoup enfaite pas du tout elle avait tellement peur que la jeune femme se fasse du mal. Elle savait qu'elle avait presque mit fin a sa vie quand elle avait sut que c'était l'hépatite ce qu'elle avait. Elle regarda Émilie quand cette dernière lui parla , mais elle avait la tête qui tournait , mais elle savait marcher et ne pas montré qu'elle n'allait pas bien.

« Je suis sur que mes mamans ne dirons rien , car elle vous connaisse et elle savent qu'elle peuvent vous faire confiance et elles savent que sa me feras du bien d'Avoir un peu de compagnie surtout de quelqu'un que je connais.»

Dit-elle a la jeune femme , une fois dans sa chambre elle ne pouvait pas du tout faire de assemblant qu'elle n'allait pas bien. Elle s'appuya sur son lit pour se tenir , car elle avait vraiment la tête qui tournait. Elle déposa ses choses sur la table qui était près de son lit et elle s'appuya sur Émilie quand cette dernière s'approcha d'elle et elle lui dit.

« J'ai la tête qui tourne... Aider moi a m'assoir sur le lit .»

Elle ne savait pas du tout si la jeune femme allait rester maintenant qu'elle ne se sentait pas bien. Elle ne savait pas si la jeune femme avait peur de la maladie ou non. Elle ne savait pas du tout pourquoi elle ne se sentait pas bien . Puis elle avait bien manger se matin et elle avait prit quelque gorgée de son jus de fruit donc ce n'était pas une crise d’hypoglycémie comme elle en avait fait il y a quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La maladie qui force la rencontre [Émilie Lilianne Plourde]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» schizophrénie,maladie mentale, ou paranormal?
» Arbre et force du bois
» la maladie génétique de ma fille !
» Maladie Méconnue : Déficit ALPHA1 ANTITRYPSINE
» 3 formes de remède pratiqué par le Prophète pour la maladie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Live in Erasme :: Erasme :: Les couloirs-
Sauter vers: